Publicités

Nabil Fekir, le retour du roi Lion

Mon Nabil… vendredi soir à la Mosson, l’OL jouera une partie de son avenir européen et de sa place en Champions League pour la saison prochaine. Mais ce match à nos yeux a surtout une tout autre signification, c’est ton retour. Le retour d’un talent qui a émerveillé l’hexagone, le rouage le plus essentiel de l’équipe de gamins qui a « choqué » longtemps la L1 la saison dernière, qui nous a fait croire au titre face aux stars parisiennes, nous a émerveillés dès ta première saison en L1 et nous a même fait croire qu’Hubert Fournier était un bon coach…

joie-nabil-fekir---hubert-fournier-29-08-2015-caen---lyon-4eme-journee-ligue-1-20150829183422-3082

Après un début de saison sur les chapeaux de roues, Fékir était il un one shot ? Non, ta magie a repris instantanément.

Jus de Fékir ? Tout le monde veut la recette. Quatre buts sur le mois d’Août, un récital technique à Caen comme on en voit rarement en Ligue 1 puis tu nous quitteras précipitamment… Ce sera ta dernière performance sous le maillot lyonnais. Rupture des ligaments croisés sous le maillot bleu et pendant que certains joueurs médiocres continuent de courir, Lyon va devoir se passer de toi pendant sept mois. Le temps va sembler long et Hugo Guillemet, célèbre journaliste France Football, va même pousser les supporters à compter chaque jour depuis ta blessure :

 

Il faut l’avouer nous nous sommes jamais vraiment remis de ta blessure. En quelques mois nous sommes passés de Gourcuff – Fékir – Lacazette à se retrouver face à Valbuena – Beauvue – Lacazette. L’agonie est proche pour nous autres supporters lyonnais. Entre incapacité d’élimination, créativité inexistante pour le petit démon lutin et contrôles ratés pour l’international guadeloupéen, notre amour pour le foot en prend un sacré coup. Alexandre Lacazette doit parfaitement comprendre où est-ce que nous souhaitons en venir s’il lit ces lignes. Finalement, on relativise les choses « bah c’est que du foot, sport surfait». Certains comme moi, noient leur chagrin dans la NBA, d’autres ayant des principes de vie moins importants choisissent l’alcool. Le résumé de la 1ère partie de saison de l’OL sera de dire « ouais mais si y’avait eu Fékir là, on aurait eu 2 points de plus. » Des discussions échappatoires d’une réalité qui voit Valbuena à la baguette d’une équipe conduite par Hubert Fournier.

Alors mon ptit Nabillon, sache que nos semaines se résument à regarder les vidéos de ta remise en forme. La première course nous fait sourire, puis s’enchainent les premiers exercices avec appuis, premiers ballons touchés et premiers entrainements avec le groupe. Le bout du tunnel approche… Pourtant aujourd’hui tout va mieux pour l’OL, une équipe qui marche bien, emmenée par un nouveau gaucher algérien, Rachid « Rachon » Ghezzal sous la houlette de Bruno El Loco Nénèse qui force les adversaires à accepter sa domination technique. Mais qu’on ne s’y trompe pas, si Ghezzal est un joueur avec un beau pied gauche, ton retour Nabil marque celui d’un joueur unique dans l’effectif lyonnais. Et puis… qu’est ce qu’on a hâte de revoir ton dégradé on fleek et ta petite barbe taillée, parce que les facéties capillaires de Cornet ça fait longtemps qu’on dit « not in my house » de notre côté.

Quel symbole particulier de faire ton retour à la compétition en Ligue 1 face à Montpellier à la Mosson. Ce stade où l’an dernier, au cœur de la tempête médiatique qui t’orienteras définitivement vers la France ce soir là, tu as semé la terreur et tabassé le club Héraultais. Dans un match décisif où l’OL est mené, tu sortiras ta plus belle panoplie : pénalty provoqué par un dribble court dans la surface, petit une-deux avec Gourcuff pour le petit filet opposé et enfin la caresse du pied gauche pour exécuter Jourdren d’un piqué majestueux. Le récital est parfait. On ne te demandera pas d’avoir le même niveau pour tes quelques minutes ce vendredi mais on ne dira pas non à un petit cross sur un défenseur pour marquer le coup.

7 mois d’indisponibilité, 7 mois d’attente et 7 mois de souffrance. Quel Fékir va-t-on retrouver ? Le doute planera constamment jusqu’à tes premiers exploits et chaque appui en sera décortiqué. Ton jeu demande beaucoup de changements de directions et ta blessure fait poser beaucoup de questions légitimes. Je n’ai pas envie que nous passions le reste de ta carrière à dire « et s’il n’avait pas eu cette blessure… ». Concentre-toi à retrouver tous tes moyens petit à petit, quitte à faire oublier l’Euro et atteindre ce potentiel qui te destinait à être le joueur clé d’une des meilleures équipes d’Europe.

Mais il ne s’agit pas de se poser ce genre de questions car le temps d’attente touche enfin à sa fin. Une attente exactement de 217 jours au terme de laquelle nous allons enfin pouvoir te revoir sur le terrain. Revoir la caresse et la finesse de ton pied gauche retoucher le ballon. Tes feintes de corps, tes changements d’appuis déroutants et la puissance que tu dégages. Ce vendredi soir nous aurons tous un œil rivé sur La Mosson au moment où tu effectueras ton retour. Ultimo Diez ne peut que te souhaiter un bon retour à toi, crack.

Publicités
About yannislb80 (7 Articles)
Supporter de l'OL et issu de l'école des champions, qui aime donc le football offensif, léché et déteste les tirs aux buts. AHOU

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :